• Législation

Pergola et emprise au sol : comment la calculer ?

Construire une pergola vous amène obligatoirement à la question des déclarations administratives. Cette extension de votre maison étant un endroit abrité, vous vous demandez certainement que déclarer et comment. 
Bien que les démarches soient différentes s’il s’agit d’une construction nouvelle de pergola ou de travaux sur une construction existante, avant toute formalité administrative, il convient de calculer l’emprise au sol de votre pergola. Faisons le point.

Emprise au sol : qu’est-ce que c’est et pourquoi la calculer ?

Selon le code de l’urbanisme “L'emprise au sol est la projection verticale du volume de la construction, tous débords et surplombs inclus”. Elle correspond donc à l'ombre portée au sol lorsque le soleil est à la verticale de la construction. Plus simplement, regardez votre terrain sur une carte satellite. Vous saurez que tous les aménagements et les constructions qui couvrent votre parcelle constituent l’emprise au sol. Cette dernière fait partie de l’une des surfaces à calculer impérativement dès lors que vous êtes demandeur d’une déclaration préalable aux travaux ou d’un permis de construire. Pour être en conformité avec la réglementation en matière d’autorisation d’urbanisme, vous devez connaître l’emprise au sol de votre future pergola, et également de votre habitation. En effet, cela aura un impact sur la nature de vos démarches administratives. Selon la surface calculée, et selon que votre commune dispose d’un Plan Local d’Urbanisme ou non, vous pourrez faire une simple déclaration préalable aux travaux ou vous devrez demander un permis de construire. Nous verrons que pour les habitations de grandes dimensions, le recours à un architecte peut être obligatoire.

Différence entre emprise au sol et surface de plancher

En vous penchant un peu sur la question, vous vous apercevrez que l’emprise au sol n’est pas la seule surface dont il est question lors de la déclaration d’une construction. La surface de plancher revient régulièrement sur la toile. Nous l’avons vu, l’emprise au sol est la surface qu’un bâtiment occupe sur votre parcelle, balcons, terrasses, abris inclus. Néanmoins, elle ne prend pas en compte les étages. La surface de plancher est la somme de toutes les surfaces sur tous les niveaux, étages compris si l’habitation n’est pas de plain-pied. Elle ne s’applique qu’aux bâtiments fermés et ne prend pas en compte l’épaisseur des murs, contrairement à l’emprise au sol. C’est pourquoi l’installation d’une pergola crée de l’emprise au sol, mais pas de surface de plancher. Ce lieu est couvert, mais non clos. Pour déterminer si votre nouvel ouvrage requiert un permis de construire, la mission d’un architecte ou simplement une déclaration, il est important de connaître l’emprise au sol de votre habitation, mais également la nature de votre annexe. La pergola de vos rêves sera-t-elle adossée à la maison ou autoportée ? Cette information vous sera utile pour vos calculs.

Les constructions concernées par l’emprise au sol

L’emprise au sol s’applique à toutes les surfaces fixes et pérennes de votre terrain. Seulement, selon le type de pergola que vous souhaitez construire, d’autres éléments devront être pris en compte dans le calcul. Ainsi, nous pouvons trouver trois schémas distincts :

  • vous construisez une pergola autoportante ou en îlot. Si son emprise au sol mesure entre 5 m² et 20 m², votre projet doit faire l’objet d’une déclaration préalable aux travaux en mairie. Si la surface est supérieure à 20 m², un permis de construire est obligatoire ;
  • une pergola adossée agrandit automatiquement l’espace de vie, vous devez alors prendre en considération toute la surface de votre habitation. Quand bien même le calcul de l’emprise de votre annexe ne dépasserait pas les 20 m², si la surface totale des bâtiments dépasse 150 m² après la construction de la pergola, une demande de permis de construire architecte est obligatoire (PCA). Pour cela, vous devrez missionner un architecte ;
  • si votre pergola, adossée ou autoportante, ne dépasse pas 5 m², aucune formalité administrative n’est nécessaire. Cela peut être le cas des tonnelles démontables ou des arceaux de jardin par exemple.

Certaines mairies disposent d’un plan local d’urbanisme (PLU) qui permet de faire passer la limite de 20 m² à 40 m².

Calculer l’emprise au sol de votre pergola

Comme toute surface, l’emprise au sol est définie en m². Les différents niveaux et étages ne comptent pas dans le calcul. Prenez simplement la longueur et la largeur de votre pergola, multipliez ces deux dimensions entre elles et vous obtiendrez l’emprise au sol de votre annexe. Si votre projet concerne une pergola adossée, additionnez l’emprise au sol de celle-ci à celle de votre maison. Vous saurez ainsi si vous devez avoir recours à un architecte (emprise au sol totale de + de 150 m²) ou pas. Votre constructeur peut vous aider à réaliser ces calculs, n’hésitez pas à le solliciter !